Aller au contenu principal
aller directement au contenu
20 Octobre 2014

Henri Bergson, prix Nobel de littérature

En 1927, le prix Nobel de littérature fut attribué à Bergson, habituellement considéré comme philosophe. Le séminaire se donne pour consigne de prendre à la lettre cette attribution et de lire l’œuvre de Bergson comme celle d’un écrivain. Il ne s’agira pas seulement d’être attentif au style, au vocabulaire, aux figures de cette œuvre, en effet remarquablement « écrite » (comme le disent souvent ses commentateurs qui pensent avec cette formule, avoir tout dit de son écriture), mais d’envisager aussi la question de son invention.

10 Octobre 2014

Lire la lettre, lire à la lettre

L’objet que nous nous donnons sera la lettre, en tant qu’elle fait trace et est prise dans l’économie de la marque, à l’origine d’une certaine définition de la « littérature ». On s’intéressera à tout ce qui fait lettre depuis le signe de ponctuation jusqu’à l’effet de sens et on prêtera une attention particulière aux conditions de sa lecture et de son interprétation à partir d’un corpus de littératures française et américaine d’écritures travaillées par la lettre : Nerval, Péguy, Proust, Apollinaire, James, Hawthorne, Thoreau, Poe.

10 Juin 2014

Théorie des catégories et ontologie plate

En ouverture à la direction de programme que je propose sur la théorie des catégories et l’ontologie plate, ce séminaire sera consacré à la fois aux aspects introductifs et historiques de la théorie des catégories et, en parallèle, commencera l’étude des entités premières mises en jeu par les mathématiques et la métaphysique, et des distinctions, souvent disparates, de la chose et de l’objet. Le séminaire se veut un lieu de dialogue entre mathématiciens, physiciens impliqués dans les catégories et philosophes.

2 Juin 2014

Penser contre. L'Amérique latine au miroir de la philosophie

À la recherche théorique, Patrice Vermeren associe une longue expérience d’échange avec les pays d’Amérique latine. Devenu très proche de différents intellectuels de ces pays pendant les années des régimes militaires, il est sans doute le principal philosophe français à soutenir actuellement les centres de pensée et de recherche un peu partout en Amérique centrale et du sud. Connaissant personnellement ces deux époques (avant et après les dictatures), il est bien placé pour mettre en perspective la contribution de cette région du globe avec les enjeux de la philosophie à l’époque de la mondialisation. Tout d’abord, le dialogue nord-sud, notamment avec la France, invite à repenser l’héritage européen des Lumières. Comment cet héritage a-t-il d’abord été imposé aux pays colonisés ? Comment ces derniers se le sont-ils approprié, une fois qu’ils ont obtenu leur indépendance ?

Continuez avec plus d'articles

avec les dossiers les plus commentés