Aller au contenu principal
aller directement au contenu
11 Novembre 2013

LES NEURONES DE LA LECTURE PAR STANISLAS DEHAENE

Stanislas Dehaene se propose ici d'aborder le processus de lecture sous l'angle des neurosciences. Une telle approche permet d'éclairer d'un jour nouveau cette activité propre à l'homme, que la plupart des adultes accomplissent le plus naturellement du monde, et dont l'apprentissage est crucial.

CC Giovanni S. Santos / Flickr

 

Si nos gênes n’ont pas évolué pour nous permettre d’apprendre à lire, c’est l’écriture qui a évolué afin de tenir compte des contraintes de notre cerveau. Une question demeure : pourquoi l’espèce humaine est-elle la seule, parmi les primates, à avoir inventé des symboles parlés ou écrits ? Deux concepts récents, celui de “théorie de l’esprit” – c’est-à-dire la capacité d’imaginer ce que pensent nos congénères- et celui d’”espace de travail conscient” –un réseau neuronal où les idées se recombinent en synthèses nouvelles- pourraient contribuer à cerner la singularité culturelle de l’esprit humain au sein de l’évolution biologique des espèces. En effet, la lecture est une invention culturelle récente.

 

Stanislas Dehaene, psychologue cognitif et neuroscientifique, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire de psychologie cognitive expérimentale, membre de l'Académie des Sciences.

 

 

Pour aller plus loin...

 


 

Continuezavec les dossiers les plus commentés

Lugduna,
Dimanche 17 Novembre 2013 à 11h16

Je confirme, moi aussi j'écris facilement en miroir (56 ans, gauchère ayant eu quand même beaucoup de plus de mal que mes camarades à distinguer b et d, p et q et à mettre les lettres dans le bon sens, mais il faut savoir aussi que j'ai commencé à écrire avec la main droite)

charlotte légaut,
Mercredi 13 Novembre 2013 à 14h28

bonjour, j'ai été très intéressée par votre conférence. je souhaite juste vous faire part d'une observation à propos de l'invariance en miroir et savoir si par hasard des études ont été faites en ce sens. j'ai 41 ans et j'ai conservé la capacité à écrire en miroir. je suis gauchère, mais je ne suis pas dyslexique. en interrogeant autour de moi, j'ai constaté qu'une grande majorité de gauchers avaient conservé adultes cette compétence. je m'interrogeais donc pour savoir s'il ne s'agit pas plutôt d'une organisation spécifique chez le cerveau des gauchers plutôt que d'une forme de dyslexie. Merci.