Aller au contenu principal
aller directement au contenu
30 Septembre 2015

LE THÉÂTRE INTIME DE LA HONTE

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik explore le sentiment de la honte, en passant de la biologie à la psychologie, de la petite enfance à l’adolescence, en matière sexuelle ou familiale. Avec toujours cette interrogation : comment ne pas s’enfermer en elle comme dans un terrier ? Comment ne pas se murer dans les réactions émotionnelles multiples qu’elle engendre chez chacun de nous ? Et comment retrouver liberté et fierté sans tomber dans le piège de l’absence de honte, qui est aussi indifférence à l’autre et peut conduire au pire ?

CC PaytonGuerra / Flickr

 

Boris Cyrulnik nous dépeint un nouveau visage de la honte, inédit, émouvant et profond, nourri par les acquis les plus récents des neurosciences et de la psychologie.

 

 

Pour aller plus loin...

 

 

Continuezavec les dossiers les plus commentés

annick,
Dimanche 5 Juin 2016 à 00h38

Quelques mots d'humour ne peuvent guère cacher le manque de contenu ni réparer l'énoncé de contre vérités scientifiques. Je n'ai pas trouvé d'intérêt dans cet exposé

annick,
Dimanche 5 Juin 2016 à 00h15

Comment énoncer des banalités, voire de contre vérités scientifiques, durant plus d'une heure.... sans aborder réellement son sujet. Je suis navrée, mais cette conférence ne m'a pas du tout convaincue

Céline Camoun,
Dimanche 7 Février 2016 à 12h44

C'est vraiment passionnant, merci ! Mais sur la partie questions, il y a un bruit de fond permanent (comme des bruits de canards) serait-il possible d'y remédier ?

mopete pongo,
Jeudi 1 Octobre 2015 à 01h51

Magnifique intervention de Monsieur Cyrulnik , pour moi ces explications sont très importantes dans la compréhension des processus de radicalisation des jeunes , des difficultés que les parents immigrés rencontrent dans l'éducation de leurs enfants (Ados)...., , Merci .

Christine Maillot,
Mercredi 30 Septembre 2015 à 17h04

Bonjour, J'ai beaucoup aimé la réponse de ces enfants maltraités "les enfants de la rue" qui répondaient : - je veux faire deux métiers, journaliste pour raconter ce que j'ai vu, et docteur car je sais à quel point on souffre et je veux les aider. Cette conférence décortique admirablement bien les problèmes que cela peut aussi engendrer parfois pour ces victimes comme par exemple la rencontre de pervers …." qui comprennent très vite dans ce cas de figure qu'en manipulant la représentation on modifie le fonctionnement du cerveau" et l'applique alors sur leurs propres enfants qui sont souvent les victimes de divorces atroce qui auraient pu mieux se dérouler par exemple. Toutefois, comme le dit si bien Françoise Sinoni (est ce bien l'orthographe exacte, j'ignore ?) : - "parler, se souvenir s'est faire revenir l'horreur". Ce qui n'est pas confortable. Le cerveau ne disposerait il pas dans cet exemple de barrages de protections, voir d'effacement concernant cette mémoire traumatisée pour se protéger ? Merci infiniment pour votre réponse et pour votre humour qui permet d'aborder ces sujets sensibles avec un grand sourire. Ce nouveau point de vue sur "la honte" se révèle vraiment très questionnant, c'est une très belle conférence avec un déroulement sensible et logique qui nous fait certes cheminer toujours plus et bien mieux. Alors un grand merci à vous Mr Cyrulnik.