Aller au contenu principal
aller directement au contenu
21 Février 2014

L'INNOVATION ET LE NUMÉRIQUE PAR MICHEL SERRES

La révolution numérique en cours a selon Michel Serres des effets au moins aussi considérables qu'en leur temps l'invention de l'écriture puis celle de l'imprimerie. Les notions de temps et d'espace en sont totalement transformées. Les façons d'accéder à la connaissance profondément modifiées. A cet égard, chaque grande rupture dans l'histoire de l'humanité conduit à priver l'homme de facultés ("l'homme perd") mais chaque révolution lui en apporte de nouvelles ("l'homme gagne"). A la part de mémoire et de capacité mentale de traitement de l'information qu'il perd avec la diffusion généralisée des technologies numériques, l'homme gagne une possibilité nouvelle de mise en relation (d'individus, de groupes et de réseaux, de savoirs) mais aussi une faculté décuplée d'invention et de création. C'est probablement de ce côté-là que se trouvent les réponses aux enjeux contemporains de l'humanité.

CC Juliango / Flickr

 

Michel Serres, de l'Académie française, a prononcé le 29 janvier 2013 la conférence inaugurale du Programme Paris Nouveaux Mondes, l'Initiative d'excellence du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur « hautes études, Sorbonne, arts et métiers » (Pres heSam).

 

 

Pour aller plus loin...

 


 

Continuezavec les dossiers les plus commentés

katia,
Vendredi 7 Mars 2014 à 11h48

c'est remarquable, merci à lui pour cette analyse et les perspectives de croissance qu'elle suggère.

Liliane Bordes-Debray,
Mercredi 26 Février 2014 à 14h03

Michel Serres termine sa conférence sur le thème de la perte. Tous les grands mystiques, de quelque tradition spirituelle que ce soit, parlent de la perte. Il faut pouvoir perdre, abandonner pour toucher à l'essentiel, à l'essence... Tous les grains de sable d'une plage peuvent passer dans une main ouverte, pas dans un poing fermé. Peut-être la piste d'un prolongement philosophique de cette conférence...?

Labé Michèle,
Mardi 25 Février 2014 à 20h25

Merci à vous Monsieur Serres que j'ai eu la chance d'avoir comme professeur en licence de philo à Vincennes (vous enseigniez à l'époque"le Positivisme d'Auguste Comte"). Toujours le même plaisir à vous écouter; à nous interroger sur nos apories pour parfaire notre tête plutôt que de la remplir. Puissiez vous encore longtemps nous enrichir de votre savoir et nous inondez de votre expérience.

Jojo,
Samedi 22 Février 2014 à 18h22

Vous allez voir, il va encore nous faire croire qu'il est l'inventeur du terme ordinateur :-) C'est un des gros mensonges qu'il aime colporter pour grossir son CV. Je crois que France Culture peut faire mieux qu'inviter ce vieux monsieur bien détaché des réalités!