Aller au contenu principal
aller directement au contenu
21 Février 2014

L'INNOVATION ET LE NUMÉRIQUE PAR MICHEL SERRES

La révolution numérique en cours a selon Michel Serres des effets au moins aussi considérables qu'en leur temps l'invention de l'écriture puis celle de l'imprimerie. Les notions de temps et d'espace en sont totalement transformées. Les façons d'accéder à la connaissance profondément modifiées. A cet égard, chaque grande rupture dans l'histoire de l'humanité conduit à priver l'homme de facultés ("l'homme perd") mais chaque révolution lui en apporte de nouvelles ("l'homme gagne"). A la part de mémoire et de capacité mentale de traitement de l'information qu'il perd avec la diffusion généralisée des technologies numériques, l'homme gagne une possibilité nouvelle de mise en relation (d'individus, de groupes et de réseaux, de savoirs) mais aussi une faculté décuplée d'invention et de création. C'est probablement de ce côté-là que se trouvent les réponses aux enjeux contemporains de l'humanité.

CC Juliango / Flickr

 

Michel Serres, de l'Académie française, a prononcé le 29 janvier 2013 la conférence inaugurale du Programme Paris Nouveaux Mondes, l'Initiative d'excellence du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur « hautes études, Sorbonne, arts et métiers » (Pres heSam).

 

 

Pour aller plus loin...

 


 

Continuezavec les dossiers les plus commentés

Robilien,
Lundi 23 Février 2015 à 14h29

J'avoue ne pas comprendre la position de Michel Serres sur le numérique et à son allégorie de Saint Denis. Comment une tête séparée du corps et un savoir venu tel quel de l'extérieur peut représenter quelque chose de suffisant. Cette apologie de petite poucette (poulette ?) sans tête, me stupéfait. Idem pour la comparaison avec la révolution culturelle de la renaissance par rapport à la scholastique médiévale dont on sait maintenant qu'elle ne fut pas si radicale. Les penseurs de cette époque, de Pic de la Mirandole à Rabelais et Montaigne, plaidaient pour un savoir maximum dans une tête bien faite, mais aussi bien pleine. Cette opposition entre tête bien faite et tête bien pleine a eu des effets néfastes au plan de l'éducation au XXe siècle. Qu'on oppose les sophistes au socrato-platonisme ou la réthorique d'ancien régime à la pensée que développe l'honnête homme du XVIIIe siècle installé dans sa bibliothèque privée, rien n'a jamais remplacé l'effort intellectuel d'un apprentissage reçu structuré, pédagogiquement adapté et "ruminé" pour l'acquisition d'un vrai savoir. Bien sûr, il n'est pas question de rejeter l'apport des nouvelles technologies et du confort qu'elles apportent en matière documentaire, mais il est manifeste que Michel Serre ne s'émerveille devant Wikipédia que parce qu'il porte en lui tout un savoir préalable construit selon les anciennes méthodes d'acquisition des connaissances qui ont fait leurs preuves et qui lui permettent de tirer un profit maximum des progrès de "l'Hermès". De la même façon cette culture "classique" permet à ceux qui en sont encore les représentants de trier dans internet entre ce qui est nul culturellement et ce qui ne l'est pas. Michel Serres aurait plutôt du s'interroger, lui qui enseigne aux USA, comment le marché a commencé à segmenter l'économie du savoir entre information à valeur 0 et information à valeur ajoutée payante. Ainsi notre Saint Denis aurait deux têtes, une dans chaque main, mais leur mître n'aurait pas la même valeur. On peut croire en l'avenir et éduquer sans passer obligatoirement par un consumérisme aveugle qui courbe les esprits. Pour analyser et trier le vrai du faux, il faut savoir. C'est peut-être ce qu'enseigne, sans nous le dire, Michel Serres à ses petits enfants…

Caja,
Mercredi 12 Novembre 2014 à 22h20

J'encourage tout le monde à modérer son enthousiasme en lisant cet article. http://www.laviemoderne.net/detox/39-deus-ordinator

Fiofio,
Dimanche 17 Août 2014 à 13h54

C'est très intéressant. L'enthousiasme de Michel Serres et toujours communicatif. Mais là il m'inquiète car il est question d'innovation, terme qu'il ne définit pas et qu'il ne contextualise pas. L'innovation de nos jours est entre les mains de ceux qui produisent à grande échelle (ce qui est le propre de l'innovation.) Michel Serres nous enthousiasme avec les gains humains incontestablement supérieurs aux pertes lors de la révolution de la relation de l'homme au droit et à la chose politique engendrée par les deux innovations précédentes qu'ont été l'écrit puis l'imprimerie. Cela dit, je m'interroge sur ce ratio entre perte et gain apporté par l'innovation numérique dans cette relation de l'homme au droit et à la chose politique toujours en cours parce que je ne la perçoit pas seulement en regard du passé mais aussi et surtout en regard du présent où le monde de la finance s’accapare tout grâce justement à la dématérialisation des échanges humains et grâce à l'annulation du temps et de l'espace propre à l'innovation numérique. Au profit de qui cette révolution va tourner ?

Robillard,
Dimanche 10 Août 2014 à 12h10

JOJO (commentaire du 22 février) est bien sévère. Pour ma part c'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai lu "Petite Poucette". Bien à vous.

katia,
Vendredi 7 Mars 2014 à 11h48

c'est remarquable, merci à lui pour cette analyse et les perspectives de croissance qu'elle suggère.