Aller au contenu principal
aller directement au contenu
6 Juillet 2015

QUELS SONT LES MÉCANISMES DE L’ADDICTION ?

Remettant en cause le « tout se joue avant 6 ans » les neurosciences ont mis en évidence que le cerveau des adolescents est en plein développement jusqu’à environ 20-25 ans. Il en résulte par ce manque de maturité, que l’adolescent n’a pas les mêmes défenses neuronales qu’un adulte, et est donc plus vulnérable à l’addiction. Le cerveau, par un système de modulateurs met en place un processus d’actions favorisant un comportement du sujet, adapté au sens des entrées sensorielles. Cependant il arrive que ces modules dysfonctionnent encourageant ainsi l’addiction. Comment ce mécanisme se dérègle-t-il ? La recherche de sucre par l’organisme peut-elle être considérée comme une addiction ? Universcience nous met sur la voie de ces dépendances.

CC GummyPiglet / Flickr

 

  • Plaisir et addiction

Les adolescents "tiennent mieux l'alcool" que les adultes, ce qui les pousse à consommer plus, et pourtant, leur cerveau est plus vulnérable, comme nous l'explique le professeur de physiologie Mickaël Naassila

Réalisation : Catherine Briault / Diffusion : 04/03/2014

 

  • L'addiction

Le neurobiologiste Jean Pol Tassin bouscule nos idées reçues en affirmant qu'il n'y a pas forcément de lien entre plaisir et addiction. Il en fait la démonstration au tableau en expliquant les mécanismes de la dépendance

Réalisation : Roland Cros / Diffusion : 26/09/2013

 

  • Sucre, une poudre blanche qui rend accro ?

Avec Serge Ahmed, directeur de recherche (CNRS) à l'Institut des maladies neurodégénératives de Bordeaux, et Sarah Coscas, psychiatre addictologue au Centre d’étude, de recherche et de traitement des addictions à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif

Réalisation : Sylvie Allonneau / Diffusion : 10/12/2012

 

  • Le délit du light

Scrutées à la loupe pendant 14 ans, les habitudes alimentaires de 66 000 femmes ont révélé un résultat stupéfiant : les boissons dites light (avec édulcorant comme l'aspartame) accroissent de 60% le risque de diabète par rapport aux boissons sucrées classiques ! Guy Fagherazzi, épidémiologiste à l'Inserm, commente cette étude lourde de conséquences en terme de santé publique. A l'origine, ce chercheur étudiait les liens de cause à effet entre l'alimentation, l'obésité et le diabète...

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze / Diffusion : 12/11/2014

 

Pour aller plus loin...

 


 

Continuezavec les dossiers les plus commentés

c.l,
Jeudi 16 Juillet 2015 à 16h47

n’oublions pas le plaisir!!! Oublions le discours de Serge Ahmed!!!! Merci à Sarah Coscas....étonnant de traiter de ce sujet uniquement avec une approche neurobiologique, nan?

Wahib,
Vendredi 12 Décembre 2014 à 06h09

Bonjour/Bonsoir, Concernant le débat autour du "sucre, une poudre blanche qui rend accro ?", qui date tout de même du 10/12/2012, je m'interroge sur les effets des différentes viandes (hormis le poisson et les fruits de mer) et leurs contributions à favoriser un fonctionnement autre -si je puisse dire- chez le cerveau?! Il ne s'agit pas de remettre en question des régimes spécialement végétariens ou équilibrés en consommation de viande, mais plutôt de consommation abusive de viande bovine ou volailles (etc.) qui est dure à digérer, en m'inspirant de ma propre culture (marocaine) où il est plus facile d'arrêter de boire ou de fumer que de diminuer de la consommation de viande, et où l'on se retrouve forcément avec des diabétiques qui s'y prêtent presque systématiquement à la cause héréditaire qu'aux autres causes d'addiction. Et merci.